techmicrobio.eu
site destiné aux STL-Biotechnologies et aux BTS/DUT biologiques

Recherche

Text Size

Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne

Utiliser un thermomètre enregistreur


Les progrès de l'informatique ont conduit à la production de thermomètres enregistreurs compact sur clé USB.
Autrement dit, en plaçant la clé USB thermomètre dans une enceinte à tester, il sera possible d'enregistrer l'évolution de la température en fonction du temps.

Dans le cadre de la qualité au laboratoire, il est donc possible, pour un prix modique (70 € pour ce modèle), de montrer aux étudiants le contrôle de température de façon simple.

Voici un exemple de courbe obtenue à partir du relevé de la clé placée dans un congélateur :

On peut constater que, lors du séjour dans le congélateur, la température varie de -21 °C à -14 °C avec des cycles montrant la régulation.
L'enregistrement continue avec la température de la pièce, le temps de remontée en température étant relativement rapide.

Nous l'avons aussi utilisé pour contrôler la température dans la soute d'un avion pour voir si les réactifs seraient à température suffisamment basse. Malheureusement, la soute utilisée était à 20 °C… environ.

 

 

JmksportShops , Chaussures, sacs et vêtements , Livraison Gratuite | DJ7998 - Nike Air Force 1 '07 x Space Jam: A Legacy Herrenschuh - 100 - Weiß - nike air max rosa beige blue carpet colors

Oxydase, chimie, danger, risque, emballage

Emballage des produits chimiques

Le réactif Oxydase est considéré comme TOXIQUE.
L'emballage de l'envoi doit donc pouvoir protéger les transporteurs et les réceptionnaires.
Sigma place le flacon du produit dans un emballage métallique fermé rempli d'un produit absorbant ou neutralisant.

 
Running sport mediaNike

Au laboratoire, de nombreux dangers sont présents. Une analyse des risques est indispensable avant la manipulation pour éviter de se mettre en danger.

Danger microbiologique

Combien d’accidents microbiologiques au laboratoire ?

Avouons que les accidents sont forts rares ! En 30 ans de carrière au lycée, je n'ai jamais vu d'accident de ce type dans mon lycée, ni entendu parler d'accident dans d'autres lycées. Bien sûr, on ne peut exclure qu'ils soient cachés. Je n'ai pu analyse qu'un seul cas de soi-disant aspergillose qui en fait s'est avéré faux.

Au lycée (ou à l'iUT)

La peur des microbes est omniprésente et souvent peu justifiée.
Autrement dit, il faut s'interroger sur les souches manipulées et évaluer les risques.

Quels risques présentent les bactéries dans nos établissements ? Les souches standards, vendues fort cher par Pasteur, ne sont pas forcément anodines mais les traitements possibles sont faciles à mettre en oeuvre. Notons toutefois la décharge de responsabilité demandée pour Streptococcus pneumoniae.

On peut "s'autoriser à penser" que les souches vendues comme médicament sont inoffensives ! (BCG, Bacillus cereus du Bacille Subtil, Saccharomyces cerevisiae de l'Ultralevure...) comme celle de l'insecticide biologique (Bacillus thuriengensis).

Les souches isolées de la nature et identifiées ne présentent bien souvent aucun danger.
Les différents produits naturels possibles (aliments, urine ou selle normale, gorge des élèves, salive...), manipulés dans des conditions normales de sécurité, ne posent problèmes qu'à ceux qui pensent qu'une météorite va s'écraser sur le laboratoire. Pour les produits d'origine humaine, mieux vaut éviter les malades… Qu'une viande puisse contenir de l'ESB est vrai, mais comment le prion pathogène va-t-il pénétrer le technicien ?

Les dermatophytes seront évidemment réservés aux étudiants concernés.

Si cela n'est pas nécessaire, pourquoi manipuler des produits pathologiques ? Bien entendu, les produits à risque, c'est à dire ceux qui sont susceptibles de contenir un agent dangereux par voie aérienne, en un mot tuberculeux, me semblent à exclure simplement de nos enseignements pratiques. Seules les expectorations seront éliminées, les urines tuberculeuses étant particulièrement rares. Chacun sait que les LCR sont heureusement inaccessibles puisqu'on ne va pas prélever pour nous de grands malades ! Quant au prélèvement vaginal, les frottis peuvent largement suffire. Mais, dans les sections d'analyse biologique (BTS ABM, DUT), utiliser de vrais produits pathologiques est parfaitement possible : il suffit que les précautions habituelles, avec des étudiants ayant acquis les bons gestes, ne pose pas de souci. Sinon comment admettre de les envoyer ensuite en stage en "vrai" laboratoire !?

Quant à truquer les manipulations en microbiologie je n'en vois pas l'intérêt. Ajouter des E. coli dans une selle ne présente aucun intérêt puisque la selle normale nous les fournira et même nous en fournira de différents avec des selles différentes ce qui permettra de montrer la variabilité des caractères. Quant à faire de fausses selles avec des épinards, c'est vraiment ne pas avoir peur du ridicule et bien compliquer les choses inutilement. On utilise donc en parasitologie des selles pathologiques (forcément !) simplement méthanalées (formolées). Faire autrement est ridicule et nous ridiculise comme soit disant formateurs pour le laboratoire. Ne parlons alors pas d'enseignement professionnel !

Traçabilité

On veut nous imposer par ailleurs la traçabilité : peut être faudra-t-il conserver 10 ans des cahiers indiquant quelles bactéries ont été manipulées tel jour par telle classe, pour laquelle on peut espérer une liste d'élèves conservée dans l'établissement. Que ceux qui veulent imposer de telles pratiques bureaucratiques réfléchissent un minimum sur la durée d'incubation des maladies bactériennes ou mycéliennes. Qu'ils réfléchissent aussi sur les moyens de prouver la relation entre un microorganisme utilisé au laboratoire à tel moment et la maladie déclarée, même quelques jours après (pensez aux enquêtes alimentaires dans le cas avéré de TIAC et le nombre de cas où la démonstration est faite ! ou pensez à l'investissement massif nécessaire dans le cas de cas récents de listérioses avec plus de 12000 souches isolées, identifiées, sérogroupées, lysotypées...)

traitement des déchets

Utiliser la filière des déchets contaminés pour les piquants coupants évite des accidents de personnel et facilite leur travail. Fumiger les laboratoires périodiquement ne sert à rien ce que "je" prouve avec la culture cellulaire (VOIR). Les désinfecter après toute manipulation et assurer un bon et fréquent nettoyage est beaucoup plus utile (et pédagogique).

Quant aux déchets chimiques, je maintiens que toute mesure de récupération (ou d'interdiction de rejet) qui n'est pas accompagnée d'une quantité minimum à partir de laquelle la récupération est obligatoire, n'a aucun sens. Sinon, demandons la récupération des eaux de lavage d'une coloration de Gram ! Pour avoir visité une entreprise de traitement de déchets chimiques spéciaux, je peux témoigner que leur problème est de traiter des eaux polluées par des microquantités. N'oublions pas que l'activité de récupération est elle-même polluante.

en guise de conclusion

Que ces propos ne vous autorisent pas à conclure au manque de conscience civique et scientifique d'un vieux prof aigri. La sécurité sera correctement assurée avec des mesures raisonnables tant techniquement que financièrement, mesures discutées, évaluées, puis proposées avant d'être imposées.

Quant aux souches, j'ai toujours dit et répété qu'il doit y avoir adéquation entre les souches utilisées (ou susceptibles d'être présentes) et, d'une part la formation et l'expérience des élèves et étudiants, et d'autre part l'organisation du laboratoire. On peut le traduire, très classiquement, en classe 1 pour les 2°... ou en BTS 1° année pour le premier trimestre. On ne voit pas l'intérêt de donner des Salmonella pour le premier Gram, ni des BK vivants pour faire un Ziehl.

Mais de grâce, laissez nous faire les TP intéressants pour les élèves et les étudiants !! Et méfions nous d'une convention officielle qui ne pourrait qu'apporter des contraintes telles que bientôt il faudra faire signer le patron du supermarché où l'on achète les yaourts pour les TP. Le modèle du sang est clairement celui qu'il faut rejeter ! (même si le risque est nul on doit utiliser des gants, impossible de faire, officiellement, un TP sur das sangs "normaux" par exemple pour les hémoglobines S etc...). J'invite les rédacteurs de tels textes à bien remuer leur plume dans l'encrier avant de publier.
Le risque 0 n'existe évidemment pas : heureusement, les élèves travaillant sur des moteurs ne le font pas sur des moteurs en plastique (pensons aux lycées professionnels…)

Remarque : Tuberculose au lycée

Avant de déclencher le grand jeu, on réfléchit. Que l'élève ait craché (tuberculose pulmonaire) dans différentes classes n'est pas grave probablement, en tous cas pas pour désinfecter ! Ce qui peut se comprendre, l'alerte étant donnée après les vacances quand l'élève est à l'hôpital.
La réaction des services officiels est lente et surprenante : avant que les radios systématiques soient faites et que des tests tuberculiniques (uniquement sur les jeunes !) soient entrepris, on prend encore son temps. Et si un autre cas contagieux était découvert, ne risque-t-on pas de crier au scandale ? Attendons la suite, mais il me semble qu'il convient de réfléchir et comparer les risques et dangers avant de prôner des mesures de sécurité maximale dont on sait très bien qu'elles ne sont pas respectées.

 

 

Air Jordan 1 Blue Chill Womens CD0461 401 Release Date 4 | Latest Nike Air Force 1 Shadow Trainer Releases & Future Drops , IetpShops , nike tiempo leather turf 2010

Voici quelques paillasses mauvais exemples de manipulations…

 

 

Air Jordan 1 Blue Chill Womens CD0461 401 Release Date 4 | 811006 - Jordan XXX Black Cat - nike air max griffey 360 low - 010

Des vertus de la Bardane…


 

On peut lire, dans un journal "féminin" bien connu (Prima), une page sur les vertus de la bardane.
Voici un petit commentaire…

On comprendra que les interrogations mentionnées sur l'image montre le scepticisme de l'auteur vis-à-vis des affirmations du journal, et du scientifique qui a du donner les éléments du texte rédigé par une journaliste.

Cela n'empêche nullement d'estimer très important de réaliser la recherche de molécules naturelles pouvant avoir un effet pharmacologique. Il est de nombreux exemples de molécules ayant un effet prouvé sur des maladies (quinine pour le paludisme (et le Schweppes…), le taxol issu de l'If comme anticancéreux, de nombreux antibiotiques antibactériens issus de bactéries ou de champignons…). Rien n'exclut qu'un anticancéreux soit un jour extrait de la badiane. On peut toutefois douter de son efficacité en simples tisanes.

Mais la manipulation des lecteurs est là si manifeste qu'elle en devient scandaleuse dans la mesure où le lecteur peut se laisser prendre aux affirmations cautionnées par un scientifique probablement lui aussi manipulé. Il me semble clair que la phytothérapie, ainsi décrite dans la presse, est du domaine du placebo. Il n'est pas très normal de voir annoncer, sans le début d'une preuve, une action contre des maladies. La seule mention de "pharmacopée traditionnelle" ou de "utilisé en médecine chinoise" … ne peut remplacer une vraie étude scientifique.

Cela n'empêche nullement le consommateur d'apprécier les arômes d'une tisane et d'apprécier des effets probablement imaginaires, genre "je bois du tilleul le soir car ça me calme et facilite mon sommeil". Il ne faudra toutefois pas s'étonner de devoir ensuite se lever pour uriner !!!

 

 

new nike football boots 2012 2017 - 002 - Nike Air Max 270 ESS Ανδρικά Παπούτσια Γκρι / Λευκό DM2462 | Latest Releases , IetpShops - Women's Nike Air Jordan 1 trainers - burgundy and orange nike air max blue jean boots