techmicrobio.eu
site destiné aux STL-Biotechnologies et aux BTS/DUT biologiques

Recherche

Text Size

Nous avons 20 invités et aucun membre en ligne


Un pâté de sanglier selon Mélanie…


Mélanie curieuse a ramené au lycée son pâté de sanglier, un peu abimé…

Voici le résultat de l'isolement sur GO :

 
Le filamenteux n'a pas encore été identifié… probablement Penicillium.
Les colonies rouges ne sont pas des Serratia marcescens… mais des levures !
 

 

 

Désagréable souvenir de république centrafricaine…

Lors du retour d'un formation de techniciens en république centrafricaine, il fallait une application pratique de parasitologie…
En fait, déjà sur place, le directeur du laboratoire de l'Institut Pasteur avait subi une attaque de Giardia

Comment résister alors à voir ce qui dérangeait mes intestins ? Un vieux microscope, une lame et une lamelle, et me voilà de nouveau au laboratoire sur mon bureau !
Une première recherche s'avère très décevante : un très probable kyste de Giardia
Nouvelle crise : surprise : ça bouge ! Manifestement un petit flagellé, mais pas facile à voir et à identifier. Il s'agit d'Enteromonas hominis ! Quel plaisir après des années de parasitologie de voir enfin ce genre de petit "protozoaire", nécessitant la fraicheur du prélèvement… Sa non pathogénicité impose de rechercher aussi des kystes de Giardia, trouvés mais rares. Cherchez les sur la photo !

Espérons ne pas faire d'autres découvertes ensuite !

 

Quant aux Enteromonas, il fallait une vidéo à télécharger.

 

page_accueil

LU sur http://www.romandie.com/ats/news/100105185806.6qbjmfbh.asp

Création d'une nouvelle agence sanitaire regroupant Afsset et Afssa

PARIS - Une nouvelle agence sanitaire, regroupant l'Afsset, chargée de l'environnement et du travail, et l'Afssa, chargée de l'alimentation, a été créée sous l'intitulé d'"Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail".

Le ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a présenté une ordonnance en ce sens au Conseil des ministres de mardi, selon le compte-rendu du Conseil.

Le texte justifie la fusion par le fait que "ces agences ont de nombreuses thématiques communes et leurs outils et moyens d'expertise sont complémentaires". Il cite notamment le domaine de l'eau, où l'Afssa est compétente pour l'eau de consommation et l'Afsset pour les eaux de baignade.

La nouvelle agence devra "contribuer à assurer la sécurité sanitaire humaine dans les domaines de l'environnement, du travail et de l'alimentation", mais aussi "la protection de la santé et du bien-être des animaux, la protection de la santé des végétaux et l'évaluation des propriétés nutritionnelles et fonctionnelles des aliments".

Le conseil d'administration de la nouvelle agence comprendra des représentants de l'État, d'associations de protection de l'environnement, de patients, de consommateurs, de victimes d'accidents du travail et de maladies professionnelles, d'organisations professionnelles, de syndicats d'employeurs et de salariés, ainsi que des élus et des personnalités qualifiées.

L'agence pourra être saisie par les associations de protection de l'environnement et celles défendant les intérêts des patients et des victimes d'accidents du travail ou de maladies professionnelles, selon le compte-rendu du Conseil des ministres.

Ce projet de fusion a suscité des craintes parmi plusieurs syndicats et associations représentées au CA de l'Afsset, qui ont parlé en novembre de "régression majeure tant au plan des principes, qu'à celui du fonctionnement". Pour eux, le regroupement en une seule agence de questions "relevant de problématiques et de méthodes scientifiques aussi diverses que les risques psycho-sociaux et l'alimentation pose de nombreux problèmes".

Les "principes fondamentaux" devant présider à la constitution d'une agence de sécurité sanitaire, tels que "l'indépendance et la séparation entre évaluation des risques et gestion des risques, ne sont nullement respectés", affirmaient-ils encore, craignant une dilution de l'Afsset, plus petite, dans l'Afssa.

La nouvelle agence devrait être opérationnelle d'ici le 1er juillet, après publication du décret d'application.

(©AFP / 05 janvier 2010 19h58)

Utiliser un thermomètre enregistreur


Les progrès de l'informatique ont conduit à la production de thermomètres enregistreurs compact sur clé USB.
Autrement dit, en plaçant la clé USB thermomètre dans une enceinte à tester, il sera possible d'enregistrer l'évolution de la température en fonction du temps.

Dans le cadre de la qualité au laboratoire, il est donc possible, pour un prix modique (70 € pour ce modèle), de montrer aux étudiants le contrôle de température de façon simple.

Voici un exemple de courbe obtenue à partir du relevé de la clé placée dans un congélateur :

On peut constater que, lors du séjour dans le congélateur, la température varie de -21 °C à -14 °C avec des cycles montrant la régulation.
L'enregistrement continue avec la température de la pièce, le temps de remontée en température étant relativement rapide.

Nous l'avons aussi utilisé pour contrôler la température dans la soute d'un avion pour voir si les réactifs seraient à température suffisamment basse. Malheureusement, la soute utilisée était à 20 °C… environ.

 

 

Oxydase, chimie, danger, risque, emballage

Emballage des produits chimiques

Le réactif Oxydase est considéré comme TOXIQUE.
L'emballage de l'envoi doit donc pouvoir protéger les transporteurs et les réceptionnaires.
Sigma place le flacon du produit dans un emballage métallique fermé rempli d'un produit absorbant ou neutralisant.