techmicrobio.eu
site destiné aux STL-Biotechnologies et aux BTS/DUT biologiques

Recherche

Text Size

Nous avons 76 invités et aucun membre en ligne

HAV hépatite A

Hépatite A


1. le virus

Le virus de l'hépatite A est un entérovirus à RNA non enveloppé de culture très délicate, particulièrement résistant.
L'hépatite A n'est pas une maladie très grave, souvent asymptomatique, et sa transmission est directement liée au péril fécal.

C'est un virus identifié aux États-Unis en 1973. Il s'agit d'un virus de la famille des Picornaviridae du genre Enterovirus . C'est un virus nu à symétrie icosaédrique à ARN monocaténaire de polarité positive. Il est de culture difficile.

Ce virus est particulièrement résistant aux agents physiques et chimiques : dioxyde d'éthyle (éther), chaleur ( 1 h à 50 ° C ), acidité (pH : 3 ), détergents non ioniques.

Mais il est totalement inactivé par : le méthanal (1/4000 à 37°C pendant 72 h) , le chlore/hypochlorite (1 mg.L-1 , 30 min), un chauffage (100 °C , 5 min).

Il n'existe qu'un seul sérotype.

2. la maladie et son épidémiologie

2.1 la maladie

Maladie très répandue dans le monde entier . La prévalence dans les pays pauvres peut atteindre 100 %.
En France, le RNSP estime, en 2000, le nombre de cas à 16 000, 35 % des malades ayant récemment voyagé.
La séroprévalence estimée est de 50 % en 1978, de 15 % en 1994 et de 11,5 % en 1997 dans la population masculine (données liées à la conscription). Mais en 2005, on estime non mesurable une incidence qui est très faible et en baisse régulière.

Le seul réservoir de virus semble être l'homme. Le virus est éliminé avec les selles. Le mode de transmission usuel de la maladie est celui des maladies dites fécales :

  • soit direct ( maladie des mains sales )
  • soit indirect par l'intermédiaire d'eaux ou d'aliments souillés ( coquillages , légumes ... ):

Dans 90 % des cas la virose est asymptomatique. Elle est pourtant fort répandue puisque 50 % des enfants de 11 à 15 ans sont séropositifs et 85 % des adultes.

Les signes cliniques chez les malades manquent de spécificité.

Après une brève incubation de 15 à 45 j au cours de laquelle le virus se multiplie dans le tractus gastro-intestinal se produit :

  • une phase préictérique avec : fièvre , asthénie , troubles digestifs ( anorexie , nausées , vomissements ). À ce stade il y a une nécrose des hépatocytes due à une réponse immunitaire autour des espaces porte du foie .
  • une phase ictérique avec coloration jaune de la peau , urines foncées et peu abondantes , cytolyse hépatique se traduisant par une hypertransaminasémie .

Les formes mortelles sont extrêmement rares et il n'y a pas d'hépatite chronique.

2.2 diagnostic

Le Diagnostic biologique :
Il repose sur :

  • l'élévation des transaminases sériques AsAT , AlAT
  • la recherche du virus dans les selles, rarement pratiquée, par microscopie électronique.
  • l'élévation du taux des Ac contre le virus de l'hépatite A ( IgM seulement dans les références opposables). Les Ig totales anti HAV ne sont utiles que pour la recherche d'une immunisation naturelle prévaccinale avant 30 ans en raison du coût de la vaccination. (Option bio195)

2.3 traitement et prophylaxie

Il n'y a pas de traitement hormis la possibilité d'une sérothérapie par Ig anti HAV. La prophylaxie repose fondamentalement sur :

  • un vaccin inactivé récent (1988 commercialisé 1992 par SmithKline Beecham, Aventis Pasteur MSD) obtenu par culture sur cellules diploïdes humaines MRC5 (coût 205 F/30 euros environ) d'une souche de virus, inactivé par le méthanal et adsorbé sur hydroxyde d'aluminium. Une seule injection suffit. Un vaccin atténué existe mais n'a pas été poursuivi en raison des risques de réversion. La vaccination est conseillée aux personnels d'établissements d'accueil d'enfants, de traitement des eaux usées, de restauration, et des voyageurs ainsi qu'aux homosexuels masculins.
  • et surtout sur des mesures d'hygiène classique des maladies liées au péril fécal (lavages répétés des mains, désinfection des installations sanitaires à l 'eau de Javel, épuration des eaux usées, traitement des eaux potables...)

L'inconvénient est une forte diminution de la prévalence donc une très mauvaise protection de la population des pays riches en absence de la vaccination qui doit être conseillée en particulier en cas de voyages.