techmicrobio.eu
site destiné aux STL-Biotechnologies et aux BTS/DUT biologiques

Recherche

Text Size

Nous avons 65 invités et aucun membre en ligne

hépatites virales

Hépatites virales


Les hépatites sont des maladies du foie où l'on observe une destruction du tissu hépatique.

Elles sont cliniquement caractérisées par la coloration jaune de la peau, coloration due à la bilirubine en excès dans le sang en raison de la maladie : c'est la jaunisse ou ictère.

Le diagnostic des hépatites reposera donc sur le dosage d'enzymes hépatiques (transaminases AlAT et AsAT) traduisant la lyse hépatique.

Les hépatites d'origine virale sont fondamentalement liée à une réaction immunitaire dirigée contre les hépatocytes infectés, réaction parfois excessive d'Hypersensibilité de type IV.

On craint la cirrhose (transformation conjonctive du tissu hépatique), le cancer hépatique pour le long terme et les redoutables hépatites fulminantes pour le cours terme. D'autres causes qu'infectieuses sont possibles, en particuler l'intoxication éthanolique. Mais on remarquera que le lien cirrhose - alcoolisme n'est pas forcément vrai et que des Musulmans peuvent avoir une cirrhose sans boire d'alcool. En France 2005, il y aurait 15000 décès par cirrhose par an dont 5000 liés aux hépatites et 10000 à l'éthanol (Le Monde 15 septembre 2005).

Il existe différentes hépatites à découvrir sur clic :

hépatite A   hépatite B   hépatite C  hépatite non ABC 

ATTENTION : les virus des hépatites sont très variés : RNA pour hépatite A et DNA pour hépatite B... Ils n'ont donc aucune parenté. D'autres virus peuvent avoir une action sur le foie entre autres actions comme le virus de la fièvre jaune.

On a longtemps appelé hépatites non A, non B des hépatites d'origine indiscutablement virales mais dont les agents n'étaient pas encore individualisés.

Aux USA on évalue les différentes hépatites de la façon suivante :

Pour les hépatites post-transfusionnelles, il est possible d'apprécier l'effet des mesures préventives. Le graphe suivant, issu de Médecines et maladies infectieuses de mars 2000, le montre :


Bilan des hépatites :

Le tableau suivant rassemble l'ensemble des données concernant les virus des hépatites.

Élément
discriminatif
Hépatite A (épidémique infectieuse) Hépatite B

(sérique et d'inocu-lation)

Hépatite C Hépatite D (delta) Hépatite E Hépatite G
année de découverte  1973 ou 1977 ?
(Feinstone et al)
1963
(Blumberg et al)
1989
(Hougton et Bradley et al)
1977
(Rizetto et al)
1989
(Reyes et al)
1995
(Linnen et al)
caractères virologiques  Picornavirus 
RNA + monocaténaire linéaire 
27 nm 
8 kbases 
Non enveloppé 
Hépadnavirus 
DNA 
bicaténaire 
42 nm
3,2 kbases 
Enveloppé 
Flavivirus
RNA + monocaténaire linéaire 
55 nm 
9,4 kbases 
Enveloppé 
Viroïde 
RNA monocaténaire linéaire 
36 nm 
1,75 kbases 
Enveloppé 
Calcivirus 
RNA + monocaténaire linéaire 
30 nm 
7,5 kbases 
Non enveloppé 
Flavivirus 
RNA + monocaténaire 
linéaire 
65 nm 
9,2 kbases 
Enveloppé 
transmission  selles et urines (dans la 2° partie de la phase d'incubation) sang, sécrétions sexuelles  sang, sécrétions sexuelles, ???  sang, sécrétions sexuelles  selles et urines sang, ???
porte d'entrée  orale (orofécal)  rapports sexuels, piqûre avec du sang contaminé, sang contaminé sur la peau fragilisée…  rapports sexuels ??? , piqûre avec du sang contaminé  rapports sexuels, piqûre avec du sang contaminé  orale (orofécal)  rapports sexuels ??? , piqûre avec du sang contaminé 
incubation  15 à 45 jours  60 à 180 jours  40 à 180 jours       
particula-rités cliniques  pas de formes chroniques  formes fulminantes, formes chroniques (5%)  formes chroniques très fréquentes (70%) 

cancers hépatiques, formes fulminantes rares 

formes chroniques fréquentes (20%) 

formes fulminantes rares 

formes fulminantes possibles chez la femme enceinte (troisième trimestre de grossesse)  rôle pathogène peu clair 
identifica-tion virologique  microscopie électronique 

mise en évidence d'Ac anti HAV (par RIA, hémagglutination) 

microscopie électronique 

mise en évidence d'Ac anti HBs, HBc, HBe, et mise en évidence des Ag HBe, HBs 

présence d'une DNA polymérase 

Immunoenzymologie pour les Ac 

Amplification du RNA 

  Amplification du RNA 
vaccin  virus tué  Ag HBs recombinant  non  non  non  non 


Compléments :

La transmissibilité de l'hépatite fut montrée chez des "volontaires" en 1942 (Allemagne) et 1946 (GB) ! Elle fut observée auparavant lors d'une épidémie d'ouvriers de chantiers navals vaccinés par le même vaccinostyle contre la variole.

Enquête 2005 (Le Monde du 17 février 2005)

L'échantillon de l'enquête (14 000 personnes) comprend :

  • 41,3 % vaccinés,
  • 7,2 % personnes transfusées avant 1992
  • 1,75 % homo ou bisexuels
  • 0,38 % usage de drogues par voie intraveineuse

Résultats :

  • infection par le HCV : 0,9 % de la population (3,5 fois plus chez les bénéficiaires de la CMUC)
  • 300 000 porteurs du HBV, prévalence 0,68 % (1,19 % chez les hommes et 0,16 % chez les femmes) (2,06 % chez les CMUC, 0,61 % chez les non CMUC)
  • taux de prévalence en anti HBc (test d'un contact passé avec le HBV) : 8,18 %.
  • taux de prévalence en anti HCV : 0,86 % (femmes 0,99 % , hommes 0,73 %) (2,65 % CMUC, 0,76 % non CMUC) (usagers drogue IV : 55,5 %, non usagers 0,64 %)
  • 56 % des séropositifs pour HCV le savent.