techmicrobio.eu
site destiné aux STL-Biotechnologies et aux BTS/DUT biologiques

Recherche

Text Size

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

introduction

Quelle méthode pour l'antibiogramme ?

Problèmes posés par l'inondation :

J'ai observé, lors de la confection de l'antibiogramme, un problème majeur : des goutellettes de suspension versée sur la boîte "volent" vers l'extérieur et contaminent donc la paillasse ou les mains du manipulateur. De plus, ces goutellettes étaient très fines et pratiquement invisibles : un oeil de myope s'avèrait là très utile !

Une solution, l'écouvillonnage :

    Or, il est tout à fait possible d'utiliser une autre technique que l'inondation : il s'agit de réaliser la culture en nappe à l'aide d'un écouvillon. Ce mode n'est pas nouveau mais semble très peu pratiqué, tant dans les établissements scolaires que dans les laboratoires hospitaliers.
    Pourtant elle est de réalisation simple et efficace, évite tout problème de séchage de la boîte et donne des résultats tout à fait satisfaisants. Pour des bacilles Gram -, j'ai utilisé le protocole suivant :

  •  
    • une pointe de pipette Pasteur prélève une petite parcelle de colonie
    • report dans 5 mL d'eau stérile
    • trempage de l'écouvillon
    • ensemencement de la boîte par stries très serées en tournant la boîte de façon à ensemencer toute la surface correctement.

    La sécurité microbiologique est ainsi assurée puisqu'aucune goutellette ne se forme. La vitesse de manipulation est plus grande. On peut réaliser l'antibiogramme au dernier moment (pas de séchage). Le coût est similaire : une pipette contre un écouvillon.

    Qu'en pensez-vous ?

    Voici un exemple de résultat obtenu pour une bactérie urinaire malencontreusement contaminée par un Enterococcus. On remarquera l'évidence du contaminant malgré les défauts de la numérisation de l'image.

Que dit la SFM ?

    En France, c'est la Societé française ed microbiologie qui normalise l'antibiogramme. Chaque année, un communiqué est publié.
    La dernière version du Comité de l'Antibiogramme de la SFM préconise soit l'inondation, soit l'écouvillonnage. Il semble, à la lecture, que la façon d'insister sur la sécurité montre une prise de conscience des problèmes que pose l'inondation en pratique courante de laboratoire.


Ces pages ont été écrites, pour l'instant, par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Jean Noël Joffin qui souhaite que vous lui transmettiez vos critiques pour qu'elles deviennent une oeuvre collective. Merci.